Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 23:55

Au jardin, j'ai retrouvé Chloé. Elle avait laissé son mémoire pour quelques rais de soleil sur sa robe, à deux pas des tulipes, à trois des lilas et quatre des kerrias. 
Les oiseaux en plein délire de Printemps nous ont accompagnées avec force et entêtement  pour la préparation de notre journée du 30 mai.
Ce sera l'inauguration de Porte-Plume entre écriture et peinture.

.


Mais avant ce grand jour Chloé exposera

ce vendredi 24 avril au café-concert
Jam Club à Angers.

Elle accompagnera de ses couleurs .
les notes de Lewis after sexx.


..

Couleurs et interstices
Femmes et grands caprices.


Un petit rien
à croire ou pas.

Des vieux poussièreux du grenier
Des jeunes inachevés

Si peu, sur les doigts d'une main,
peut-être plus, si les murs portent bien.

Chloé
Repost 0
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 23:41
Dans le jardin de l'abbaye,
je me suis laissée enfermée par préméditation.
Le long de l'enclos j'ai médité, arpenté.
J'ai voulu voir l'intérieur


J'y ai rencontré des êtres d'un autre genre
Ils m'ont dit  : " Nenni,  Dieu n'est pas tout seul ! "
J'ai regardé ces hêtres là, se penchant par dessus mur,
se tordant le cou pour voir l'autre côté !
"Derrière chez moi, savez-vous quoi qu'y a quoi qu'y a ?... " chantaient-ils tous en choeur "
...et tralala la lère ! "

Alors ils m'ont raconté : les fesses plissées du géant de la forêt et le dieu des marais sortant de l'eau avec son pagne ( plissé lui aussi ) couvrant sa nudité.
Ils m'ont raconté  la gueule des bois et le petit cochon rose malade de s'être trop regardé dans l'eau, petit cochon rose aujourd'hui en over-dose.
Ils m'ont raconté les feux follets verts s'enflammant et contant fleurette à la terre boueuse et marécageuse...



D'eux j'ai écris une histoire.
Dame Nature et les habitants du marécage en communion avec les yeux du clocher  qui ont tout vu, ont vue sur tout, surtout sur Tout !
Cette histoire est restée dans mes tiroirs de mousse et de lierre
mais si vous la voulez,  je vous l'offre volontiers. Suffit de me la demander...


Repost 0
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 20:50
Un samedi après-midi à déambuler le 23 mai
 au coeur de La DOUTRE vieux quartier  d'ANGERS, par delà la Maine, Outre Maine .
Un samedi après-midi où je vous donnerai à voir, à écrire, à buller.
Sur  " inspiration de rues" laissons venir la vie, celle des objets, des façades, des habitants, des promeneurs...
Vos yeux vont devenir des mains qui écrivent,
Votre esprit va devenir aventurier  et intimiste.

Découvrir des lieux singuliers
découvrir votre propre écriture et celle des autres.
Marquer de votre empreinte cette promenade et  laisser s'inscrire en soi
les traces de la vie de ce quartier.
Pour cela pas besoin de pratiquer l'écriture,
seulement d'avoir envie de se laisser surprendre...
Voilà ce que je vous propose pour cette après-midi du 23 mai 2009
de 14 à 17 h avec l'association Aé - Autour de l'écriture-
Groupe limité à 10 personnes.
Inscription auprès de Clodine Bonnet
06 24 78 19 07
clodi.bo.net@wanadoo.fr
Tarif : 20 Euros l'am + adhésion Aé



Repost 0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 01:05

C’est autour de cette table que tout a commencé.

C'est là que le travail d’écriture a commencé son œuvre pour aller à la rencontre d’une dame espiègle et malicieuse née en 1920 !

 

D’abord papillonner autour des noms de lieux, des noms d’aïeux.

Ensuite essayer de poser des dates. Avant ? Après ?

Après quoi, avant quoi d’ailleurs ?

Quoi dire ? Quoi choisir ?

Par quelle porte entrer, quel fil suivre ?

Puis tout doucement,

Des noms font leur apparition,  reviennent...

… Trajets, passages, allers, retours…

 

Des noms de métiers se  présentent, des métiers de

… Trajets, passages, allers, retours…

Douanier, Facteur par exemple.

Pour être plus exact, il faut donner le lieu aussi.

Douanier, Facteur, ce n’était pas dans les bureaux d’une administration ou dans les grandes rues d’une ville, non !

- C’était douanier par les chemins de contrebande à la frontière italienne, par le col de l’échelle, avant que la route existe,  là où seule une échelle pouvait permettre le passage…

C’était douanier du côté paternel, le grand-père de la dame. Né en 18xx.

- C’était facteur à moto l’été et à ski l’hiver, du côté du Sud là-bas, mais encore en montagne. L’homme était champion de saut à ski, comme une fusée dans le ciel, mais à l’horizontal…

C’était facteur du côté paternel,  le père de la dame. Né en  1892.

Tous deux portaient le même prénom, le même nom.

 

Les … Trajets, passages, aller, retour… ont continué dans la vie de la dame.

D’abord elle accompagnait son père l’été, à moto, dans sa tournée.

Puis, elle-même a entreprit un grand voyage. Pas encore 19 ans, le diplôme complémentaire d’études secondaires en poche, là voilà qui quitte ses Alpes pour traverser la France, seule, et rejoindre son poste d’institutrice dans le Perche. La guerre venait d’éclater. Nous étions en 1939. Un aller.

Neuf mois plus tard, juin 1940, destination le midi. C’était la défaite de la France et l’exode de ses habitants. Un retour.

Et pendant ce temps de guerre ce fut des allers-retours, des histoires de laissez-passer, des passages clandestins par le Jura, toujours seule, toujours très jeune… Autour de la vingtaine.

Des trajets itinéraires, téméraires du Sud au Nord et du Nord au Sud. Des Alpes à la Beauce et de la Beauce aux Alpes. De la terre la plus plate à celle la plus plissée, dans un sens, dans un autre.

 

C’est tout cela que nous ont révélé les mots de cette après-midi. Les mots mais aussi les photos, étonnantes, captivantes photos !

Les yeux de la dame aussi ont parlé ! Pétillants, toujours dans la vie, malgré les temps durs de l’époque. La vie comme un peu une aventure, un terrain de sport, de jeu, de cache-cache…

Peut-être est-ce à force de voir des enfants jouer dans la cour de récréation de l’école, ou  l'héritage de quelques restes aventuriers d’aïeux,  douanier ou facteur !

 

C’est comme ça que l’histoire a commencé, l’histoire d’une vie racontée.

C'était le premier après-midi d'une rencontre qui durera le temps de se dire.

Repost 0
Published by Clodine - dans Histoires de Vie -
commenter cet article
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 22:05

Des plantes à l’écriture

Des feuilles aux pages.

 

 

 

Issue du monde du végétal  je me suis dirigée vers le monde de la formation en «  enseignant » des matières techniques horticoles.

Ce que je préférais partager était la BIOlogie, le mystère de la Vie...

Avec des petits schémas, de la couleur, des flèches sur des drôles de mots comme Phloème, Xylème ou Endocarpe. Surtout ne pas oublier la Légende ! De la magie, déjà des histoires incroyables sous nos yeux qui se racontaient !

 

Avant j'avais déménagé en Anjou pour suivre une formation de fleuriste.

Puis vendu des fleurs sur le marché, pendant toute une année

Et des cerfs-volants au bord de la mer, pendant tout un été.

Appris à cultiver des plantes vivaces ou molles, c’est comme ça qu’on les appelle.

 

Bien avant encore, j’ai appris le métier d'ostréicultrice, pêché à marée basse et vendu à marée haute

Ou aidé, dans leur quotidien, des personnes âgées ou fatiguées, fait du ménage, des courses, du lien …

 

En 1995, après avoir dessiné des jardins, j’ai laissé un peu les plantes pousser toutes seules pour regarder de plus près les parcours des humains. Parcours professionnels mais aussi de vie, avec ses handicaps physiques ou sociaux, avec ses richesses, ses surprises.

Cela a duré jusqu’en 2007.

 

Parallèlement à cela je découvrais dès lannée 2000 « l' écriture en atelier » pour mon propre plaisir : des ateliers réguliers avec ALEPH ( Sylvie Fontaine) ou ENCRE (Lise Cassin) et/ou RELIEF ( Evelyne Dupré) puis un tas dateliers ponctuels, de Jean Rouaud à Jacques Serena en passant par les Boutures d’écritures  ou lEcho-Optique

   

Cest alors que jai proposé, de 2003 à 2007, des ateliers d’écriture dans le centre de formation où je travaillais car nous cherchions de nouveaux outils de réconciliation avec l’écriture mais aussi avec soi-même et les autres. Pour ce faire je me suis formée avec Jeunesse et Sport.


Constatant que l’on n’écrit qu’à partir de soi, que l’on ne s’invente que dans un contexte existant,  que la fiction, la création, sont dotées de multiples intentions, j’ai suivi une Formation d’Histoires de Vie. Cela m’a reliée tout naturellement à un précédent travail bénévole de Collecte de mémoire orale du Baugeois, commandée par les Archives Départementales du Maine et Loire :

des Récits de vie de quatre personnes entre 98 ans et 106 ans !


Mon récent Diplôme Universitaire d'Histoires de Vie en Formation me permet d'écrire la parole des autres en cherchant à laisser se dessiner le contour de la place de chacun.

Lorsque je me penche sur des récits de vie individuelle, je veille à intégrer la dimension collective de l’environnement de la personne.

Je suis intimement persuadée de l’empreinte des lieux sur l’homme, j’ai d’ailleurs orienté mon mémoire sur ce sujet et en ai obtenu une mention TB. (Tout Bonnement parce qu'au plus près de moi)

«  Encrer son lieu pour ancrer sa vie ?  »  Habiter sa maison et Habiter la Terre… Qui relie qui ? Marquer, être marqué, se démarquer, remarquer que  ... Empreinte et trace ( réf Gaston Pineau)

 

Aujourd’hui j'interviens pour animer ou pour écrire moi-même,

dans des lieux très différents les uns des autres ce qui enrichit mon travail: écoles, bibliothèques, associations culturelles, festivals, maisons de retraite… pour plusieurs associations comme Aé et Porte-Plume.

Je m’efforce de prendre en considération l’individuel et le collectif, l’un révélant l’autre sans axe prioritaire. 

 

Cette année, j’ai la chance de participer à

la formation Lire écrire en Pays de Loire : travail de réflexion sur les pratiques d’écriture et de lecture, rencontres avec des auteurs, apports sur des expériences et des réseaux concernant les évènements littéraires… sans oublier les formidables échanges dans le groupe, stagiaires et intervenants !

 

Désormais je ne peux m’empêcher d’écrire … chaque jour un peu.

Sur ce blog et ailleurs …

Ecrire pour mieux regarder, écouter, donner et recevoir !

 

Clodine Bonnet. 06 24 78 19 07.  porte-plume.ecriture@orange.fr

http://porte-plume.ecriture.over-blog.com/

Repost 0
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 00:42

Porte-Plume  dessiné par Chloé.


Un peu absente ces temps-ci Chloé.
Vous ne l'avez pas encore beaucoup vu,
pas vu non plus ses peintures.

Là sous le logo, des photos à gogo.
Des photos de peintures colorées
Peintures rapetissées, miniaturisées.

C'est qu'elle produit en grand Chloé !
En trés grand format parfois.
Alors la photo, évidemment ce n'est pas pareil !

Mais pour le moment, elle produit des lignes noires
Des gribouillis de recherches,
Elle griffonne des idées, tâtonne, chantonne quand même.

Oui, elle chantonbne aussi Chloé.


Pour le moment, elle marmonne à son mémoire
Elle planche sur le format,
Elle doit rendre le fond et la forme et tout ça trés bientôt, bien trop tôt
Alors elle est à fond dedans.

Chut ! Chuuuuutttttt
Laissons la oeuvrer !
Elle nous montrera ses peintures, sa trajectoire, plus tard, plus tard, un peu plus tard...

Repost 0
Published by Porte-Plume - dans L'asso en elle même
commenter cet article
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 01:33

The Truman Show

 

22-23 avril 2009 - Entre les mains des dieux... et des médias


22 avril, 18h : Atelier d'écriture

"Des mots élastiques", avec Clodine Bonnet.

Des histoires qui enflent au fur et à mesure qu'on se les raconte, ou qui

diminuent, censurées ...


Des mots rumeurs aux mots passeurs nous chercherons la route pour écrire

entre réalité et fiction.

Avec le groupe, nous jouerons dans l'envers du décor, déjouerons les

trajectoires dans l'oeil du cyclone.

Double sens pour échapper aux regards des dieux et dire le nôtre.
Cinélégende, 51 rue Desjardins, Angers
Participation : 5 € (inscription : 06 24 78 19 07)

23 avril, 17h45 : Conférence
"Médias, surveillance, intimité : Quels dieux nous regardent ?"
par François-Bernard Huyghe, docteur d'État en Sciences Politiques, spécialiste des Sciences de l'Information et Communication.
Espace Welcome - 4, place Maurice Sailland, Angers
Participation aux frais : 2 €

23 avril, 20h15 : Film THE TRUMAN SHOW de Peter Weir... L'histoire d'une télé-réalité à l'échelle d'une vie... avec Jim Carrey

Présentation et débat avec la participation de F-B Huyghe

Cinéma Les 400 coups, 12 rue Claveau, Angers. Tarifs habituels de 7,30 à 4,40 e.

Cinélégende. 02 41 86 70 80

http://www.cinelegende.fr

info@cinelegende.fr

Repost 0
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 00:13


"Dans les plis du miroir." 



C’était le titre de l’atelier, le premier de Porte – Plume …

Pour chanter à tue-tête et à cloche-pied, comme Prévert

« Un champ de blé couché dans les plis d’un miroir. »

Ce soir c’était le grand ménage de Printemps, jusque dans les plis. Pour cela : écrire des listes, des inventaires, les garder, les jeter, les malaxer, les partager.

Garder par exemple :

- Le bruit de la boîte aux lettres qui claque légèrement, tiens, j’ai du courrier ! »

- Le son grêle des cloches du Val de Grâce qui sonne la messe à laquelle je ne vais jamais.

- Le bruit de la porte qui se referme sur une promesse de retour.

- L’odeur de la pharmacie de Pellouailles qui sent le bonbon…

 

Ce soir, c’était aussi les petites choses propres à l’atelier de ce soir précisément :

Les jonquilles sur la table, le chat de la maison qui ronronne et passe de genoux en genoux. A propos, il s’appelle comment le chat ?

- Léya !           - Léya ? ça s’écrit comment ça ?

- Bah, L-E-I-A par exemple !  Mais c’est comme on veut !

Plus fort que le bruit de ronron du chat, cliquètent les touches de la machine à écrire Braille de Jacqueline et son drelin signalant la fin de ligne arrivée. Le papier est épais pour supporter la frappe des poinçons, lettres en relief formées de six points maxi. 

Liste des choses de la vie qui nous agacent... comme le moteur d'une voiture qui tourne à l'arrêt, longtemps, longtemps...  et devient totalement angoissant pour les mal-voyants...(quand va -t -elle démarrer cette voiture?)  On prend conscience, on apprend, on se comprend.

Puis la  bouilloire (nucléaire dirait son mari) d’Isabelle qui nous accueille chez elle, bulle et s'emballé... La verveine a eut raison du vin d'Anjou, certainement dûe à l'ambiance féminine !

Les rires ou l'émotion ont accompagné le partage des textes après les moments de concentration qui se sont installés le temps de l'écriture.

 

 

Repost 0
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 23:00

Au Grand Bazar si l'on porte son regard sur la devanture
on plonge dans l'univers de la plage.
Epuisettes pour les crevettes
Râteaux et seaux pour les châteaux...

Mais si d'aventure on lève le nez
on s'en trouve tout étonné de voir de drôles d'oiseaux
de tissu ou de papier
tout vieux, tout chiffonnés
ou tout colorés et tout pointus, tendus...

Faut dire qu'ici, on pratique de drôles de métiers
De père en fils, on est soit
" Voyageur de commerce en jouets de bois, ou de plage"
soit
" Fabricants de cerfs-volants"...


De quoi faire rêver, entre ciel et mer, entre plages et nuages...
De quoi donner envie d'écrire la vie de ce lieu, vieille de plus de cent ans.
Le magasin a été construit en 1900 par les Compagnons de France
La famille DEFFAIN y porte son savoir-faire depuis cette date.
" Fabricant de cerfs-volants - Créateurs et constructeurs"
Vous croyez que cela existe encore ce métier-là vous ?

Repost 0
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 20:48
"- Entrons, monsieur, lui dit-elle d'un air assez embarrassé.
De sa vie une sensation purement agréable n'avait aussi profondément ému Mme de Rênal, jamais une apparition aussi gracieuse n'avait succédé à des craintes plus inquiétantes.
 ... / ....
- Mais, est-il vrai, monsieur, lui dit-elle en s'arrêtant encore, et craignant mortellement de se tromper, tant sa croyance la rendait heureuse, vous savez le latin ?
Ces mots choquèrent l'orgueil de Julien et dissipèrent le charme dans lequel il vivait depuis un quart d'heure.
- Oui, madame, lui dit-il en cherchant à prendre un air froid ; je sais le latin aussi bien que M. le curé, et même quelquefois il a la bonté de dire mieux que lui.
Mme de Rênal trouva que Julien avait l'air fort méchant, il s'était arrêté à deux pas d'elle. Elle s'approcha et lui dit à mi-voix :
- N'est-ce pas, les premiers jours, vous ne donnerez pas le fouet à mes enfants, même quand ils ne sauraient pas leurs leçons.
Ce ton si doux et presque suppliant d'une si belle dame fit tout à coup oublier à Julien ce qu'il devait à sa réputation de latiniste. La figure de Mme de Rênal était près de la sienne, il sentit le parfum des vêtements d'été d'une femme, chose si étonnante pour un pauvre paysan. Julien rougit extrêmement et dit avec un soupir et d'une voix défaillante :
- Ne craignez rien, madame, je vous obéirai en tout.
Ce fut en ce moment seulement, quand son inquiétude pour ses enfants fut tout à fait dissipée, que Mme de Rênal fut frappée de l'extrême beauté de Julien. La forme presque féminine de ses traits et son air d'embarras ne semblèrent point ridicules à une femme extrêmement timide elle-même. L'air mâle que l'on trouve communément nécessaire à la beauté d'un homme lui eût fait peur.
- Quel âge avez-vous, monsieur ? dit-elle à Julien.
- Bientôt dix-neuf ans."
Extrait  - " Le rouge et le noir "
Lu  en toute petite typographie dans une version papier jauni vieille France ou écouté au travers de  la voix de Philippe Mathé, à choisir y a pas photo !
Mais comment, diantre,  cet  homme comédien ressuscite tous les écrits ?
Il lit, c'est tout.
Il lit, il vit, il vibre.
Il nous regarde, nous met en garde, nous re-regarde.
Il nous donne du sens, du toucher, des respirations, des palpitations, des défaillances, des silences.
Il raccroche les époques, rapproche les gens, traverse les corps sans décor ou si peu.
Il abolit le temps, anoblit  les mots ( ou ennoblit, je n'en sais rien !)
Je n'ai jamais été déçue par cet homme-lecteur. cela fait bien 10 ans, enfin je crois,  que je vais l'écouter à droite, à gauche, en pleurs, en rires...
Prochain RV à la Bibliothèque Toussaint d'Angers le samedi 25 avril à 16 h 15 précises pour une heure de lecture de quelques pages de Zola.
L'ivre de lecture
Repost 0
Published by Porte-Plume - dans Les sorties littéraires
commenter cet article

Présentation

Rechercher